Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 16:23
IMG_1265.JPGIMG_1267-copie-1.JPG

Lancement du comité de soutien Front de gauche pour les élections régionales de Mars prochain,
la salle de la halle aux toiles à Rouen était pleine, Mercredi 20 Janvier, plus de 500 signatures pour la comité de soutien au tête de liste Sébastien Jumel.
L'objectif en Mars prochain est clair, "mettre une bonne gauche à la droite"
Un rendez vous à noter dés maintenant, le 4 Mars au parc expo de Rouen, grand meeting de campagne.
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 15:37

Suppression de la taxe professionnelle :

  Le MEDEF en réclamait la suppression, elle va être remplacée par la cotisation économique territoriale (CET) soit pour les communes une cotisation locale d'activité assise sur la valeur des locaux, une cotisation sur la valeur ajoutée produite par les entreprises, plafonnées à 3% pour départements et régions. Nous aurons un nouveau transfert de l'impôt des entreprises sur les ménages, moins de services publics de proximité, moins d’emplois publics territoriaux, moins d’investissements publics (réalisés aux ¾ par les collectivités locales).

• Moins de crèches et d’écoles, d’aides à l’emploi et à la formation, d’aides sociales et d’investissements … ! Des services publics en déshérence livrés au secteur privé !

• Quelques 8 milliards de cadeaux aux entreprises et plus d’impôts locaux pour les ménages !

 

Projet de loi sur les collectivités territoriales :

  Cette réforme va à l’encontre du mouvement de décentralisation et masque mal ses objectifs d’affaiblir électoralement la gauche. Elle porte un rude coup au maillage des institutions républicaines que sont les communes et les départements. Combinée à la suppression de la TP, elle leur interdirait de jouer le rôle d’amortisseurs des effets de la crise de soutien à l’activité économique et aux ménages.

 

Des conseillers territoriaux avec un nouveau mode d’élection :

  Exit les conseillers généraux et régionaux : Trop coûteux ? Les indemnités actuelles : 200 millions d’euros contre 110 millions pour le seul budget de l’Élysée. Les élus locaux, c’est 0.02 % des budgets des collectivités et plus de 450.000 bénévolesBonjour, les conseillers territoriaux ! Elus pour 6 ans, ils seraient communs aux départements et aux régions. Le nombre d'élus départementaux et régionaux passerait de 6 000 à 3 000.

 

Hold-up électoral et mauvais coup à la démocratie locale :
En 2014 le nouveau mode d’élection prévu : Scrutin majoritaire à un tour, uninominal à 80 %, proportionnel à 20 % dès 2014. La majorité relative dès le 1er tour conduirait au bipartisme à l’anglaise. Un mode de scrutin anti-démocratique, en rupture avec la tradition républicaine. Le scrutin à deux tours permet seul de garantir à l’élu une assise électorale. Plus rassemblée au premier tour mais sans réel réservoir de voix pour le second tour, la droite espère mainmise sur les collectivités locales. Depuis janvier 2009, 8 cantons gagnés par la gauche l’auraient été par l’UMP avec 34% des voix en moyenne si ce mode de scrutin avait été en place par le simple fait d’être arrivée en tête au premier tour.

 

Perte de la compétence générale pour les régions et les départements. C'est-à-dire l’interdiction de financer les équipements hors de compétences strictement limitées, d’apporter les aides et subventions indispensables à la vie associative, d’aider les communes qui n’auraient pas les moyens d’assurer « une part significative du financement » de leurs projets. Que feront alors les communes mal loties, d’autant que n’est prévue aucune solidarité nationale ni péréquation entre collectivités riches et pauvres ?

 

Regroupement des communes et métropoles : une mise en concurrence des territoires, à l’encontre de la coopération et de la solidarité entre collectivités.

L’objectif : la création de métropoles d’au moins 450.000 habitants par regroupements de communes. Par simple majorité qualifiée, sous l’égide des préfets. Et ce, pour instaurer un « nouveau cadre de gouvernance » et assurer « une compétitivité entre les grandes agglomérations ». L’élargissement du champ d’intervention de la métropole dessaisirait les communes, départements et régions de leurs compétences. Appauvries, les communes seraient probablement contraintes de laisser au privé des services publics (petite enfance …).

Le vote des Régionales doit être un moment de la lutte contre ces réformes régressives. front de gauche régionales116.JPG

 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 23:35

En Mars prochain, il faut une bonne gauche à la droite.

Depuis la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle et la nomination des gouvernements Fillon après les législatives de 2007, la France populaire n’a pas cessé de subir les mauvais coups de la droite. 
Faut-il en rappeler la liste ? Remise en cause du droit à la retraite, dépeçage progressif de la protection sociale, casse du droit du travail, privatisations de services publics, réforme fiscale favorable aux plus riches, mise au pas de la justice, mépris de la jeunesse, de l’université et de la recherche…

Devant cette offensive, le pays a clamé à de multiples reprises son refus des politiques néolibérales et démontré son attachement à notre modèle républicain et social. Il l’a fait dans la rue avec des manifestations massives et lors des municipales de 2008. Mais les gouvernements de droite ont refusé systématiquement d’écouter. Ils ont choisi d’aggraver la crise du pays en méprisant délibérément la volonté populaire.
_1057.jpgfront de gauche régionales
Face à une telle droite, il faut une gauche de combat. Face à la crise historique à laquelle ont conduites les politiques libérales, il faut une gauche audacieuse proposant au pays des ruptures avec la logique destructrice du capitalisme.
Hélas le Parti socialiste a pris le chemin inverse. Dans l’illusion des victoires locales, il se dissout dans des querelles de leadership, confirme son adhésion à la construction libérale de l’Europe et cherche son salut dans des coalitions avec le MODEM.
Ne me sentant plus en phase avec la politique conduite sur le plan national au PS qui condamne la Gauche à perdre la présidentielle, j’ai décidé, en 2008 de quitter le Parti Socialiste et conduit une liste aux municipales dont les élus se retrouvent aujourd'hui dans le front de gauche. 
Je veux œuvrer efficacement à l’union de la gauche pour changer la vie vraiment. Je veux travailler à la réinvention d’une gauche populaire fière de ses couleurs. Je veux m’engager pour faire gagner la gauche en 2012. Je veux être une socialiste utile à mon pays. C’est pourquoi je me retrouve aujourd'hui au Parti de Gauche avec d'autres socialistes qui partagent mes convictions, mais aussi avec d'autres militants venant d'autres partis, du monde associatif ou syndical et je vous invite à faire de même et à nous rejoindre à l'occasion des élections régionales avec les listes du front de gauche, Ensemble.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 22:27

100PARIS —
Le Palais des Congrès de Paris a fait salle comble dimanche pour le lancement de la campagne des régionales du Front de Gauche qui a voulu se poser comme "la" vraie gauche pour les régionales, à travers les voix de Jean-Luc Mélenchon (PG) et de Marie-Georges Buffet (PCF).

Commençant par un "meilleur voeu à notre France des rébellions", le président du Parti de Gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon -qui a renoncé à conduire en Ile-de-France la liste du Front de Gauche au profit d'un communiste- a précisé: "nous ne cherchons à récupérer aucune lutte, nous ne donnons de conseils à personne!".

Devant une assemblée de 4.000 militants agitant leurs drapeaux rouges siglés PG ou PCF, Jean-Luc Mélenchon n'a épargné ni les Verts ni les socialistes.

"Nous refusons l'alliance avec le MoDem", a asséné l'ex-socialiste.

"La taxe carbone, elle revient, elle défigure le combat écologiste", a-t-il ajouté, ironisant sur "le capitalisme vert", le PG et le PCF fustigeant de concert le capitalisme coupable de nombreux maux dont les problèmes de pollution et d'environnement.

S'attaquant plusieurs fois à la "bande du Fouquet's" qu'incarne, à ses yeux, le pouvoir actuel et s'adressant "à ceux et celles qui n'ont pas de Rolex", Marie-Georges Buffet a invité les électeurs à sortir du "laisser-faire libéral".

"Ne laissons pas rabougrir les élections en plébiscites locaux avec les grands ducs régionaux. La gauche routinière doit s'effacer et une gauche de combat doit prendre la relève", a lancé, en écho, le tonitruant Jean-Luc Mélenchon, sous les applaudissements nourris.

Pour Marie-Georges Buffet, "les dirigeants socialistes sont encore dans l'impasse libérale et d'autres boudent dans leur coin. Aujourd'hui la gauche (du Front de Gauche, ndlr) relève la tête!".

Peu auparavant, le président du PG avait encore raillé le PS "souffrant de la maladie de la grosse tête" et confiant au point d'"annoncer qu'il remportera 30 régions sur 22!". Eclats de rire de la salle.

"Ne perdons jamais de vue que les élections régionales sont nationales. L'emploi, l'éducation, la santé, l'environnement, les élections posent tous les problèmes de la vie du pays. Tout compte, la lutte sociale comme l'exigence du retrait en Afghanistan", a-t-il ajouté.

Leurs discours avaient été précédés de prises de parole de travailleurs sans-papiers, d'un gréviste de la faim d'EDF dénonçant "les conditions de management dans les entreprises", ou encore du porte-parole de Génération Palestine.

Les deux formations (PG et PCF) font liste commune dans 16 régions (et 17 si un accord est trouvé pour la Corse). En Ile-de-France, ce sera le communiste Pierre Laurent qui conduira la liste.

Résumant la position générale du Front de Gauche en s'exprimant quasiment en dernier, Marie-Georges Buffet a enfin invité "les ouvriers, le peuple, les intellectuels", déçus de la gauche et "qui récoltent des miettes", à choisir le vote de "l'antisarkozysme utile, de l'unité de la gauche et de l'écologie sociale".

De Philomène BOUILLON (AFP)

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 21:55
056.JPG 066.JPG

Samedi 9 Janvier à 16H30, 50 ans aprés jour pour jour et avec le même temps.

Jacques et France Letailleur  devant l'officier d'état civil pour leur noces d'or.

J'ai repris pour la circonstance l'écharpe tricolore afin de célébrer l'événement en famille, en présence de tous les enfants et petits enfants souhaitant aux époux de nous retrouver tous ensemble pour leur noce de diamant. Pour la soirée, j'invite  France à séduire son époux et à lui de la surprendre à nouveau pour cette nouvelle nuit de noce. 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 00:34


aff_meeting.jpgmeeting-front-gauche-8-3-09-001.jpg
Jeudi 7 janvier, les militants du front de gauche de la 3 et 4 éme circoncription de Seine Maritime, en réunion à Petit-Couronne, se sont organisés pour le covoiturage afin de participer nombreux au meeting national du lancement de campagne des élections régionales.A cette occasion,  P Beauverger chargé au PG76 des relations avec les partis ,  Michelle Ernis pour la gauche unitaire et moi même comme secrétaire du comité du Parti de Gauche de l'agglo Sud de Rouen nous avons réaffirmés notre volonté d'ancrer le front de gauche dans la durée, afin de répondre à l'attente de milliers de français.

Mon intervention; Aux adhérents et sympathisants du Parti de Gauche et du Front de Gauche dans le comité Rouen Sud.

 Cher(e)s ami(e)s et Camarades,

 En ce début d’année 2010, je vous présente mes meilleurs vœux à chacun d'entre vous : Que cette année soit non seulement heureuse pour chacun mais qu'elle permette à notre aventure collective d’ouvrir la voie à un changement politique profond dans notre pays.

 En 2008, avec plusieurs camarades issus du PS, du PCF ou d’autres mouvements syndicaux, associatifs ou humanitaires, nous avons appelé à la formation d’un grand mouvement politique de gauche.

 C’est dans cet esprit que nous avons constitué une liste aux municipales. La création du Front de Gauche à l’occasion des élections européennes est venue conforter cette démarche.

Tout naturellement, j’ai rejoint avec d’autres socialistes le nouveau Parti de Gauche, présidé par JL Mélenchon, élu secrétaire du comité local depuis quelques semaines. Je suis fier des luttes que nous avons menées. Que nous soutenons dans les manifestations comme dans les urnes, en initiant ce Front de gauche porteur de tant d'espoirs.

Le plus important c'est d'avoir trouvé cette fraîcheur dans le débat et d’être engagés dans une entreprise politique originale, non pas avec la certitude que cela va "marcher" comme vous le souhaiteriez, mais avec la certitude qu'il n'y a que cela à faire pour sauver la gauche de transformation sociale et écologique et, avec elle, une perspective enviable pour l'humanité.

 Tenir le cap, même quand le point d'arrivée se dérobe, poursuivre la lutte, même quand une bataille a été perdue, telle est la ligne de conduite de ceux qui ont choisi d'accomplir une conviction plutôt qu'une carrière, de ceux qui ne se battent pas pour être dans le camp des vainqueurs, mais pour faire gagner leur camp, celui des exploités et des opprimés.

 Le Front de Gauche va s’élargir à l’occasion des élections régionales. Il doit rester le front des militants de la cause humaine et non des entrepreneurs en quête de profits politiques personnels et à courte vue. Faisons que cela dure, et que nous soyons rejoints par toujours plus de militants de la même essence, voilà la meilleure chose que je puisse nous souhaiter.

 Chacun ne change que sa vie en choisissant sa route, ses compagnons, et ses combats ; et c'est ainsi que chacun, entremêlé à tous les autres, prend sa part à l'écriture d'une destinée commune.

 Pour les prochaines élections régionales des 14 et 21 mars prochains,  nous allons nous mobiliser,  voir tous nos concitoyens,  faire de cette campagne, une campagne populaire et citoyenne.

 Cette élection doit conforter l’existence et la durabilité du Front de Gauche, cela est indispensable pour réussir cette élection, redonner l’espoir qu’une gauche combative, écologique, attachée à la république sociale et laïque sera toujours présente dans les combats sociaux et électoraux à venir. 

 Ensemble nous allons relever ce défi.  

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 20:37

etats-generaux-services-publics-copie-1.jpgLe Président Sarkozy  nous a livré un discours de satisfecit quelque peu indécent le 31 décembre au soir. Dans la crise lourde que nous vivons, on pouvait s'attendre à des perspectives, une vision sur ce que sera l'avenir. Rien.

Il a expédié rapidement les souffrances imposées aux Français par la crise et la politique de son gouvernement, il nous a refait du grâce à moi.. Vanté sa politique en tous points, sans parler de la Taxe carbone atomisée, des dérapages racistes, des 4 millions de chômeurs, de  l’explosion de la précarité,  allant jusqu'à travestir les échecs du G20 et de Copenhague en promesse d'avenir.

 Le chef de l'Etat  ignore les critiques grandissantes qui montent du pays, les élections régionales de Mars 2010, seront l’occasion pour les français  de lui rappeler son bilan en le sanctionnant et éviter qu’il persévère en 2010 comme si de rien était.

Bonnes année 2010 à tous, tous mes vœux pour que 2010 redonne à notre pays, à nos territoires l’espoir d’un avenir serein ou l’égalité des droits et devoirs fera vivre une république sociale et fraternelle.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 12:01
bella-center.jpg

Communiqué de presse, Paris, le 30 décembre 2009

Les motifs d'annulation de la taxe carbone par le Conseil Constitutionnel correspondent à un grand nombre des critiques portées par le Parti de Gauche lors du débat parlementaire :

- exonérations de la très grande majorité des émissions d'origine industrielle alors que bon nombre de ces industries polluantes ne seront pas soumises aux quotas de carbone européen avant 2012.

- exonération du transport routier et aérien, pourtant grand émetteur de gaz à effets de serre

- injustices pour les ménages principales cibles pour cette nouvelle taxe alors que ce sont les acteurs qui ont le moins de possibilités de modifier leur comportement de part des choix contraints.

Les députés du Parti de Gauche avaient d'ailleurs défendu des amendements de suppression de nombre des exonérations pointées par le Conseil Constitutionnel. Mais le gouvernement et Nicolas Sarkozy se sont obstinés pour faire croire à leur volonté de lutter contre le réchauffement climatique.

Après l'échec de la méthode Sarkozy à Copenhague, après l'échec de cette taxe carbone, injuste socialement et inefficace environnementalement, il est temps de comprendre que ce n'est ni le bricolage politicien ni les attitudes de Rambo qui construiront une véritable réponse au défi climatique.
Oui, il faut changer de modèle développement mais cela se fera par une politique volontariste qui ne peut passer que par une planification écologique et démocratique qui permette de sortir de la civilisation du tout pétrole et non par de nouvelles taxes frappant aveuglément tous les ménages indépendamment de leurs possibilités financières de faire des choix en lien avec les enjeux environnementaux.

Martine BILLARD, Députée de Paris, Porte-Parole du Parti de Gauche

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 23:24
  Communiqué du Front de Gauche

Le sommet de Copenhague est un échec. Malgré l'attente des peuples, malgré la mobilisation de tant d'acteurs, d'associations, de citoyens ou de scientifiques pour lutter contre les causes du réchauffement climatique, les chefs d'Etats ont jugé qu'il était urgent d'attendre en repoussant les échéances à 2010. Ce qui a été réalisé dans l'urgence  pour, en pleine tempête financière, sauver les banques malades de leur propre cupidité devient désormais impossible quand il s'agit de sauver la planète. Quelle honte ! Preuve est faite que ce  capitalisme obnubilé par l'appât du gain immédiat est en incapacité de préserver la planète qu'il surexploite. Les dirigeants des principales puissances mondiales ont fui leur responsabilité en repoussant les décisions qui devraient s’imposer. Chacun d'entre  eux devra rendre des comptes face à l’opinion publique.

Grande est notre déception!
Chacun a entendu les déclarations plus fracassantes les unes que les autres du Président de la République répétant à l'envi qu'on allait voir ce qu'on allait voir. On a vu. Les organisations qui composent le Front de gauche, comme tous ceux qui jour après jour se sont battus lors de cette campagne pour le climat, ont au final beaucoup appris. D'abord que si victoire il y a, elle ne viendra que de la mobilisation citoyenne internationale. Rien de juste ne se fera sans les peuples.

Les chef d'Etats des principales puissances industrielles sont solidement tenus par les lobby capitalistes et prisonniers de l’égoïsme des  pays riches à l’égard des pays pauvres

La seconde leçon de ce sommet avorté est que le combat sera long et difficile. Copenhague doit être utile pour rappeler au monde ce qu'il ne faut pas faire.

Le Front de Gauche, comme il l'a annoncé avant ce sommet mondial, prendra ses responsabilités à l'échelle qui est la sienne.  Ainsi, lors de la campagne des élections régionales, nous mettrons sous contrôle citoyen les politiques régionales pour que chaque région à l'échelle de son territoire s'engage sans attendre à la réalisation d'un bilan carbone et d'un plan climat qui contribue à  la réduction, pour 2020, de 30 à 40% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 12:42

front-de-gauche-regionales.pngmeeting-front-gauche-8-3-09-001.jpg
ENSEMBLE, POUR DES RÉGIONS À GAUCHE, SOLIDAIRES, ÉCOLOGIQUES ET CITOYENNES

Communiqué du Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) ; des Alternatifs, de République et Socialisme, de la Fédération, du Mouvement Politique d’Éducation Populaire (M’PEP), du Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF).

Le 17 décembre 2009.

Nos organisations, celles d’une gauche de transformation sociale, déclarent vouloir mener campagne ensemble pour les élections régionales de 2010.

Avec le Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire), avec les Alternatifs, République et Socialisme, la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE), le Mouvement Politique d’Éducation Populaire (M’PEP), le Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF), nous comptons faire entendre fortement une autre voie à gauche.

L’accord national sur lequel nous espérons déboucher dans les jours à venir sera un acte important dans la situation actuelle. Il se veut un rassemblement ouvert, nationalement et régionalement, à toutes celles et tous ceux qui, à gauche, dans le mouvement social dans le monde du travail et de la culture, souhaitent élaborer et porter avec nous un programme qui réponde aux besoins de la population.

C’est urgent ! Les difficultés s’accumulent : davantage de licenciements, de précarité, de pauvreté, et en même temps moins de services publics, moins de pouvoir d’achat moins d’enseignement et de culture ! Cette situation devient insupportable, notamment dans les quartiers les plus populaires. L’environnement est sacrifié sur l’autel du profit. Les ravages de la crise sont amplifiés par la politique impulsée par Nicolas Sarkozy et la droite. Avec eux c’est toujours plus pour les riches, toujours moins pour l’ensemble du peuple. Et le président sème la division en puisant des idées nauséabondes dans l’arsenal de l’extrême droite qui du coup, relève la tête.

Face à cette offensive redoublée, notre peuple, les salarié-e-s et les plus précaires résistent ; ils refusent de payer la crise. À la division, au chacun pour soi, ils opposent la lutte et la solidarité. Ils souhaitent un débouché politique à leurs luttes.

C’est pourquoi les listes qui nous rassembleront pour ces élections régionales, répondront à trois objectifs indissociables : changer les rapports de force à gauche en faveur de la ligne de transformation sociale et écologique ; battre la droite, empêcher Nicolas Sarkozy et l’UMP de reconquérir des régions pour en faire des relais de leur politique de régression sociale, autoritaire, basée sur la peur ; construire des majorités solidement ancrée à gauche, portant des projets vraiment alternatifs à la logique du système en crise, un projet de transformation sociale et écologique que nous voulons porter jusque dans les exécutifs à l’exclusion de tout accord avec le MoDem, si les conditions de ces avancées en sont requises. Il s’agit de la possibilité de mettre en œuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer.

Nous voulons faire des régions des points d’appui pour développer une politique au service des hommes, des femmes, des jeunes, de tous ceux qui travaillent et vivent ici.

Une politique en faveur de l’emploi, respectueuse des salariés, de leurs droits, favorisant l’extension de ces droits. Une politique qui donne la priorité aux services publics. Une politique qui fasse des citoyennes et des citoyens, dans leur diversité, les acteurs de la transformation de nos régions par un développement de toutes les formes de démocratie. Une politique exigeante en matière écologique.

Une politique qui reconstruit le tissu social, à la ville et dans les campagnes.

Ce programme sera porté par des listes unitaires dans les régions, des listes rassemblant nos organisations et ouvertes aux actrices et acteurs du mouvement social qui le souhaitent.

Nous vous donnons rendez-vous le 10 janvier, pour un meeting national de lancement de campagne commun.

suivre les info sur:  www.lepartidegauche.fr
Le Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) ; Les Alternatifs, République et Socialisme, la Fédération, le Mouvement Politique d’Éducation Populaire (M’PEP), le Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Gérard Letailleur
  • : Retrouvez les réactions de Gérard Letailleur concernant les sujets d'actualité et de société. elections municipales, petit couronne, parti socialiste, parti communiste,parti de gauche, front de gauche,
  • Contact

Réseaux sociaux

badge (1)

Recherche

Téléchargement du dossier scolaire

La rentrée scolaire en question, nos explications au format .pdf :

Page 1 Page 1

Page 2 Page 2